VOS OS SONT-ILS EN SANTÉ? [QUESTIONNAIRE]

Les fractures ne sont pas une source d’inquiétude quotidienne pour la plupart des gens – elles sont du ressort des enfants. En effet, vous n’avez pas à vous préoccuper de tomber au terrain de jeu ou de faire un faux pas sur la trampoline. Or, bien que vous ne soyez pas peut-être aussi aventureux que vos enfants, vous pourriez être tout aussi susceptible de subir une fracture.

Pourquoi? Parce qu’en vieillissant, nos os ont tendance à s’affaiblir, ce qui accroît les risques de fracture. Les femmes de plus de 50 ans et les hommes de plus de 65 ans sont davantage susceptibles de subir une fracture causée par une maladie appelée « ostéoporose », qui rend les os plus poreux et, par conséquent, plus fragile.

L’ostéoporose cause 80 pour cent de toutes les fractures chez les personnes de plus de 50 ans. En fait, un tiers des personnes qui subissent une fracture de la hanche la fracture de nouveau au cours de l’année suivante et la moitié d’entre elles subissent une autre fracture dans les cinq années suivantes.  De plus, les fractures peuvent être mortelles à un âge plus avancé. Plus d’un quart des femmes et d’un tiers des hommes qui subissent une fracture de la hanche décèdent au cours de l’année suivante.

C’est difficile d’exagérer la fragilité d’une personne atteinte d’ostéoporose. Il peut suffire de frapper un meuble, de se pencher pour ramasser quelque chose ou même d’éternuer pour causer une fracture. Les fractures causées par l’ostéoporose ont tendance à toucher les hanches, la colonne vertébrale et les poignets, mais elles peuvent aussi affecter d’autres parties du corps. Et, comme vous le savez déjà, ces fractures peuvent mettre votre vie en danger.

Êtes-vous à risque d’une fracture? Répondez à ce questionnaire pour en savoir plus.

Si vous avez plus de 50 ans et avez répondu dans l’affirmative aux questions susmentionnées, vous pourriez être à risque d’ostéoporose/de fracture. Consultez votre médecin pour demander une évaluation de votre risque de fracture sur 10 ans afin de déterminer votre risque et si des traitements sont requis.

Après avoir lu cet article ou répondu au questionnaire, êtes-vous plus susceptible de parler à votre médecin?

Inscription aux alertes électroniques