Taux de cholestérol élevé? Voici certaines façons de le gérer

L’hypercholestérolémie est répandue au sein de la population canadienne : près de la moitié des personnes de 40 à 59 ans en sont touchées – et pour certaines d’entre elles, le premier signe d’avertissement est une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Pour d’autres, un test révélant un taux de cholestérol élevé est la première indication que le moment est venu de prendre la situation en main.

Le cholestérol est un lipide qui se trouve dans le sang, et il y en a des types différents. Votre médecin s’inquiétera si votre test sanguin révèle un niveau élevé de lipoprotéines de basse densité, ou LDL. On dit souvent que ce cholestérol est « mauvais », car il peut former des dépôts gras ou des « plaques » sur vos artères, ce qui a pour effet de durcir et rétrécir ces dernières et empêche donc le sang de circuler jusqu’au cœur et au cerveau – et, en retour, peut causer une crise cardiaque ou un AVC.

Que vous ayez déjà subi un ACV ou soyez simplement déterminé à prendre des mesures pour gérer votre cholestérol LDL, il y a de nombreuses raisons d’être optimiste. Un engagement à apporter des changements positifs à votre mode de vie peut abaisser vos niveaux de cholestérol LDL. Vous trouverez ci-dessous certains des facteurs à considérer au moment d’élaborer votre plan de gestion. Bien que ce ne soit jamais agréable de recevoir des mauvaises nouvelles du médecin, celles-ci représentent souvent des prises de conscience – et l’occasion d’apporter des changements avant qu’il soit trop tard.

Parlez à votre médecin

La première étape consiste à parler à votre médecin de votre plan de traitement pour l’hypercholestérolémie. Celui-ci peut vous aider à déterminer si vos changements d’habitudes de vie parviennent à réduire vos risques liés au cholestérol (voir ci-dessous) et pourrait recommander d’autres façons de gérer cette condition, de pair avec vos changements d’habitudes de vie.

Si vous fumez, arrêtez

Certes, c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais, si vous avez essayé d’abandonner cette habitude et n’avez pas réussi, songez à cette motivation : il a été démontré que la cessation du tabagisme a entraîné une hausse de la lipoprotéine de haute densité, ou HDL, qui est considérée comme étant « bonne ».

Des niveaux plus élevés de cholestérol HDL peuvent être bénéfiques, car celui-ci aide le corps à éliminer le cholestérol LDL.

Bougez

 Certaines études ont démontré que l’exercice contribue à la hausse des niveaux de cholestérol HDL– autrement dit, le fait d’être plus actif pourrait accroître vos taux de bon cholestérol.

Autre motivation pour bouger plus? L’embonpoint donne lieu à un accroissement des niveaux de LDL.

Limiter certains aliments

Depuis plusieurs décennies, les médecins conseillent à leurs patients de limiter leur consommation d’aliments gras d’origine animale, surtout les coupes de viande grasses et les produits laitiers plus lourds, comme la crème et le beurre.

Cela dit, la modération est toujours avisée, et une bonne alimentation ne se limite pas à la consommation restreinte de gras. De récentes études préconisent l’équilibre. Bon nombre d’experts s’entendent pour dire qu’une alimentation saine inclut une quantité modérée d’aliments à forte teneur de matières grasses – surtout ceux qui contiennent des Oméga 3 et d’autres « bons gras », comme les huiles de poisson et d’olive.

Consommez plus de fibres alimentaires

Depuis plusieurs décennies, nous savons que les gens peuvent réduire leurs niveaux de cholestérol LDL a adoptant une alimentation riche en fibres alimentaires. Les fibres se collent au cholestérol, ce qui aide à l’éliminer du corps. Parmi les aliments à forte teneur en fibres, on retrouve les pâtes de grains entiers, le riz brun, les légumineuses, les fruits, les légumes, les noix et les graines.

Au Canada, les produits alimentaires peuvent être qualifiés de « Source de fibres », de « Source élevée de fibres » et de « Source très élevée de fibres » s’ils contiennent 2, 4 ou 6 grammes de fibres alimentaires, respectivement.

Généralement, si vous avez tendance à préparer vos repas à la maison – plutôt que d’aller au restaurant – vous aurez plus de facilité à équilibrer les niveaux de cholestérol de votre alimentation.

Après avoir lu cet article, êtes-vous plus susceptible de parler à votre médecin de votre santé cardiovasculaire?

Inscription aux alertes électroniques