Comment suivre plus facilement les directives de votre médecin

En théorie, ce devrait être facile de suivre les directives de votre médecin afin de prévenir la neutropénie fébrile, n’est-ce pas?

Il suffit de faire exactement ce que le médecin recommande. Prendre les bons médicaments aux bons moments. Manger les bons aliments, vous laver les mains et vous reposer quand vous le pouvez. Éviter les endroits où il risque d’y avoir des microbes. Consulter votre oncologue aussi souvent qu’il le faut. Obtenir vos traitements – même si cela exige de nombreuses visites à l’hôpital chaque semaine.

Or, la vie n’est pas toujours aussi simple.

Bon nombre de personnes atteintes de cancer qui gèrent des traitements de chimiothérapie continuent de mener une vie très active. Et, bien que la nécessité de suivre à la lettre un plan de traitement puisse sembler évidente, cela peut aussi représenter une source énorme de stress et d’anxiété.

Et comme si ce n’était pas déjà assez difficile de vivre avec le cancer, il semble y avoir une liste interminable de tâches à accomplir chaque jour : l’avalanche de courriels professionnels auxquels il faut répondre; les enfants qu’il faut aller chercher après leur répétition de musique; les comptes qu’il faut payer; la voiture qu’il faut faire réparer vu que le voyant d’anomalies du moteur est allumé depuis deux semaines déjà; l’entretien de l’ordinateur qui ne peut pas attendre jusqu’à demain.

Bref, il y a une quantité illimitée d’obligations quotidiennes qui viennent drainer le temps et l’énergie mentale des personnes.

Ce n’est donc pas étonnant qu’il soit difficile de jongler les directives du médecin avec tout le reste, surtout pour les patients qui doivent s’absenter du travail pour se rendre à l’hôpital ou au bureau du médecin plusieurs fois par semaine afin de recevoir leur traitement. Ce stress peut s’avérer éreintant à la longue.

Le respect du régime dont vous avez convenu avec votre médecin – appelé « conformité du patient » – peut représenter l’un des aspects les plus difficiles d’un plan de traitement prescrit.

Alors, comment peut-on gérer cette situation?

Vous pouvez commencer par tenir une conversation franche avec votre médecin, qui peut vous aider à concilier les besoins cliniques en matière de traitement avec les réalités de la vie. Par exemple, il se peut que certaines options de traitement puissent être administrées moins fréquemment que d’autres. Un changement aussi simple que la diminution du nombre de visites à l’hôpital afin d’obtenir un traitement particulier pourrait faire une énorme différence.

En informant son médecin de ses difficultés logistiques et pratiques, le patient peut déterminer les aspects du traitement qu’il risque de négliger de façon à pouvoir, en compagnie de son médecin, trouver une solution qui concilie la facilité des traitements avec ses besoins en matière de soins de santé.

Parlez à votre médecin de toutes les options de traitement offertes afin d’évaluer la possibilité de les obtenir d’une façon moins perturbatrice. Ce n’est peut-être pas le cas, mais vous ne perdez rien à le demander.

Certaines questions importantes à poser à votre médecin, et à vous poser :

  1. Quelle sera la fréquence des visites à l’hôpital ou au bureau du médecin pour obtenir ce traitement?
  2. Si je n’habite pas près d’un hôpital pour mes traitements, y a-t-il d’autres options?
  3. Y a-t-il des options de traitement qui exigent des visites moins fréquentes à l’hôpital de façon à limiter mes absences du travail?
  4. Y a-t-il des options de traitement offrant plus de flexibilité concernant le moment ou l’endroit où elles sont administrées?
  5. Y a-t-il des options de traitement pouvant être administrées à domicile par un spécialiste en matière de soins de santé?

C’est essentiel d’entamer un dialogue ouvert avec votre médecin au sujet de ces questions. Celui-ci ne joue pas seulement le rôle de guide, mais aussi celui de partenaire dans la gestion de votre maladie et dans votre rétablissement. Ensemble, vous pouvez envisager l’adoption d’un plan de traitement qui concilie vos besoins en matière de santé et les exigences de la vie quotidienne.

Après avoir lu cet article, êtes-vous plus susceptible de parler à votre médecin des diverses options de traitement offertes?

Inscription aux alertes électroniques